Pourquoi le bambou se fend-il ?

Pourquoi le bambou se fend-il ?

Une des caractéristiques majeures du bambou est la manière dont il réagit à d’importantes différences de température ou d’humidité. Dans cette situation, les bambous sont susceptibles de se fendre ou de fissurer. Afin de mieux comprendre pourquoi le bambou peut se fendre il faut regarder son anatomie.

Anatomie du bambou

Le bambou est un matériau anisotrope, c’est-à-dire qu’il à des caractéristiques totalement différentes dans sa longueur et dans sa largeur. Dans sa longueur, le bambou est constitué de fibres de cellulose, qui sont rigides et très résistantes. A l’inverse, dans sa largeur, le bambou est majoritairement constitué de lignine, qui est doux et fragile. C’est pour cela que le bambou est un composite unilatéral renforcé avec une capacité tangentielle relativement faible.

De plus, le taux de rétrécissement du nœud est quatre (4) fois plus élevé que le taux de rétrécissement de l’espace creux entre deux nœuds (l’internodium). Cela peut être dû à une plus grande quantité de fibres renforcés, que l’on rencontre souvent aux internodias mais moins dans les nœuds.

intérieur du bambou

À cause des différences de structure anatomiques et de compacité, il y a une grande variation de rétrécissement tangentiel depuis la partie intérieure (10%) jusqu’à la partie extérieure (15%) de la paroi du bambou Le rétrécissement tangentiel est donc plus élevé sur les parties externes du de la paroi du bambou que sur les parties internes de la paroi, ce qui peut conduire à des fissures ou des fentes.

Taux d’humidité d’équilibre du bambou

Le bambou est un matériau hygroscopique, c’est-à-dire qu’il va absorber et relâcher l’humidité de son environnement jusqu’à obtenir un équilibre. Le taux d’humidité varie donc en fonction des caractéristiques de l’air environnant.

L’eau est contenue dans le bambou de deux manières différentes ; l’eau en libre circulation est retenue dans les cellules creuses, et l’eau emprisonnée est retenue dans les parois des cellules. Le taux d’humidité est plus élevé à l’intérieur de la paroi qu’à l’extérieur. Les nœuds de jonction ont des taux plus faibles que les internodias (entre-nœuds). Ces écarts d’humidité peuvent monter jusqu’à 25%.

Lors du séchage, le bambou perd l’eau « en libre circulation » jusqu’avoir une teneur en cette eau d’environ 15%. Avec cette eau qui se dissipe, le bambou va rétrécir mais il est possible que le bambou se « regonfle » s’il regagne de l’humidité par rapport à son l’air autour de lui.

Avec les variations d’humidité, le bambou va donc se rétrécir et s’élargir. Des fissures et des fentes peuvent alors apparaître résultant de tensions dues à un séchage abrupt et une exposition directe au soleil. Les fissures/ éclatements/fentes de bambou ne rentrent pas sous la garantie chez Bambou World. Le bambou reste un produit naturel.

Source:

Dessin : anatomie bambou 

Texte : bamboo

Document à titre informatif

Partager

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Pas de produits dans votre panier